Alexei-Grinbaum.jpg

En insistant sur l’implication des smartphones dans la préservation de la santé des citoyens, la politique envahit la cité numérique.

Alexei Grinbaum

Alexei Grinbaum est physicien et philosophe. Après des études à l’Université de SaintPétersbourg et à l’Ecole Polytechnique, il soutient une thèse sur le rôle de l'information en théorie quantique. Depuis, il explore les fondements de la physique avec un intérêt pour les questions éthiques des nouvelles technologies. Il est actuellement chercheur au laboratoire LARSIM du CEA-Saclay. Il s’intéresse aux questions éthiques et sociales des nouvelles technologies, en particulier des nanosciences et des nanotechnologies. Il étudie les incertitudes du progrès technique et leur impact sur la gouvernance, l’application du principe de précaution et la perception des innovations technologiques par le public. Ses publications sont également dédiées aux grands récits technologiques et à l’analyse de la responsabilité des chercheurs. Il applique les concepts anthropologiques afin de comprendre la fonction des images des nanoobjets. Ses recherches plus récentes portent sur les questions éthiques de la biologie de synthèse, notamment la notion de vie dans le contexte éthique et historique. Il a été coordinateur pour la France du projet « Observatoire européen des nanotechnologies » et a contribué au Toolkit for Ethical Reflection and Communication on Nanotechnology. Il est membre de la Cerna (Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique) d’Allistene. Il a publié récemment « Mécanique des étreintes » (Encre Marine, 2014) et « Les robots et le mal » (Desclée de Brouwer, 2019).