António de Castro Caeiro et Cristina Viano
15 novembre 17:45 - 18:30

Pandémie et apocalypse
António de Castro Caeiro

Ce que la pandémie apporte, ce n'est pas seulement la maladie propagée par le poison du virus. La pandémie nous fait réfléchir. Elle révèle ce que nous sommes, ce que nous sommes et ce que nous avons été. Elle jette le doute sur ce que sera notre avenir. Ce qui arrive à l'homme ne se réduit jamais à une explication scientifique plausible.

La situation actuelle nous ouvre à une dimension dans laquelle l'urgence ressentie est d'une pression énorme. L'escalade de la violence dans la pandémie est sans précédent. La pandémie révèle l'exposition totale de l'humanité à la maladie et à la mort. Le diagnostic de la situation concrète dans laquelle chacun de nous se trouve n'est jamais épuisé par l'examen actuel des symptômes. Le diagnostic est fait en vue d'un pronostic, dans toutes les activités humaines.

La pandémie nous fait réfléchir, non pas de manière abstraite, mais de manière concrète, non seulement au présent, mais aussi au passé, à la façon dont nous vivons et avons vécu la vie. Et il nous donne la possibilité de revoir notre façon d'être : vivre la vie dans son ensemble, anticiper l'avenir, chercher à savoir comment elle sera.

C'est à partir d'une évaluation totale que nous sommes obligés, faite de l'intérieur de nous-mêmes et de la réalité qui se révèle si problématique qu'un pronostic peut être ouvert. Un pronostic qui non seulement guérit une maladie aux contours pandémiques, mais qui apporte aussi une possibilité qui s'ouvre tout simplement, qui rend possible un mode de vie nouveau et radical.

Cristina Viano
 

«No man is an island entire of itself; every man  is a piece of the continent, a part of the main»

John Donne, MEDITATION XVII Devotions upon Emergent Occasions

Dans son beau texte, António de Castro Caeiro associe la pandémie à l'apocalypse, non seulement dans le sens biblique immédiat qu'on lui donne, de «fin du monde», de catastrophe planétaire, mais aussi, et surtout, dans le sens propre du terme grec de «révélation», qui frappe l'individu de plein fouet dans sa dimension temporaire et temporelle.

Caeiro montre bien comment la situation présente, dangereuse et inédite, constitue un point d'ancrage historique dans le flux de la vie qui oblige l'individu à réfléchir sur son passé et à se projeter dans le futur, en connectant les fins et les moyens pour s'adapter à une (sur)vie nouvelle. Un aspect fondamental de la pandémie est sa dimension collective et interrelationnelle: en effet le terme grec désigne «une communauté humaine dans son ensemble».

En reprenant les célèbres et lucides pages de Thucydide sur la peste d'Athènes, au Ve s. av., j'aimerais bien discuter avec mon interlocuteur de trois aspects avec lesquels la nouvelle humanité devra se confronter : les rapports humains, la recherche et la découverte des causes et la capacité de l'intelligence pratique d'adapter les principes appris aux circonstances présentes.